2021 - Contrat doctoral : Application de l’approche multi-barrière, vers une gestion intégrée du risque pour la réutilisation des eaux

Contexte et enjeux
Le règlement européen (2020/741) relatif aux exigences minimales applicables à la réutilisation de l’eau [usée traitée en agriculture] est entré en vigueur le 25/06/2020 et sera applicable à l’ensemble du territoire de l’Union à partir du 26/06/2023. L’écart entre les exigences de qualité des eaux qu’il instaure et celles qui préexistaient dans la réglementation Française constitue un frein au maintien et au développement de la réutilisation des eaux usées traitées (REUT) en France. Le texte prévoit la possibilité de pouvoir déroger aux niveaux de rejets par la mise en place d’une approche par barrières, telle que développée par l’OMS (2012).
Elle permet de répartir la gestion de l’exposition aux risques pathogènes sur l’ensemble de la filière de REUT en profitant de l’abattement ou du contrôle de l’exposition aux pathogènes apporté par chacun des maillons de la filière.
Cinq familles de barrières sont décrites par l’OMS : le traitement des eaux usées, le choix des cultures, le mode d’irrigation, la protection des riverains et du personnel agricole et les traitements post-récolte.
Cette approche permettrait de contenir le traitement des eaux usées dans des niveaux compatibles avec les moyens disponibles en zone rurale et sur des ouvrages décentralisés en milieu urbain, sans avoir à mobiliser des procédés intensifs, performants mais à fort impact environnemental. La contrepartie est le transfert d’une partie des responsabilités de la gestion du risque sanitaire aux différents maillons de la filière de REUT. Cette hypothèse soulève plusieurs questions : quelle est l’efficacité de ces barrières d’un point de vue sanitaire ? Comment organiser ce transfert d’une partie de la responsabilité de la gestion du risque sanitaire aux autres maillons de la filière ? In fine, dans quelle mesure la mobilisation de barrières à un impact plus faible sur l’équilibre économique et sur le bilan environnemental des projets de REUT que la gestion de l’exposition par le seul maillon traitement de la filière ?

 

Accueil
Vous serez accueilli(e) au sein de l’unité de recherche REVERSAAL d’INRAE Centre Lyon-Grenoble Auvergne Rhône-Alpes située à Villeurbanne, et qui compte 35 personnes (personnels temporaires compris) dont 12 ingénieurs/chercheurs permanents. Cette UR a pour objectif de faire progresser les connaissances pour élaborer des préconisations pertinentes et innovantes en termes de conception, de dimensionnement, d’exploitation et d’optimisation des installations de valorisation et de traitement des eaux résiduaires.
 
Le doctorat bénéficiera d’un co-encadrement au sein de l’équipe IPD « Ingénierie de la Participation et de la Décision » de l’UMR G-Eau (Gestion de l’Eau, Acteurs, Usages), située à Montpellier. L’UMR G-Eau est un pilier de l'écosystème de recherche montpelliérain sur les thématiques de l'agriculture et de l'eau, en particulier au sein du Labex Agro, de l'I-SIte MUSE et du ICIREWARD, Centre UNESCO de catégorie 2 récemment labellisé. C'est une unité comprenant six tutelles (AgroParisTech, Cirad, IRD, INRAE, Montpellier SupAgro, BRGM). Elle regroupe 90 chercheurs et ingénieurs permanents et une cinquantaine de doctorants et postdoctorants de toutes disciplines travaillant ensemble sur les questions de gestion intégrée et adaptative de l’eau.

Enfin, les travaux de la thèse seront également réalisés en partenariat avec ECOFILAE, une société indépendante et GreenTech innovante disposant d’une expertise reconnue en France et à l’international dans le domaine de la réutilisation des eaux traitées de toutes origines, ainsi que sur la gestion des eaux et sols salés. Basée à Montpellier, ECOFILAE propose du conseil destiné à l'ensemble des acteurs des secteurs public et privé.
 
 
Profil recherché
  • Ingénieur généraliste avec des compétences dans au moins un des domaines suivants : agronomie, génie de l’environnement, gestion des risques.
  •  Maîtrise du Français et de l’Anglais impérative.
  •  Fort intérêt pour les approches systémiques et la concertation avec les acteurs du territoire nécessaires.
  •  Sens du contact, capacité à synthétiser les informations et à les rendre disponibles à des publics variés indispensables.
  •  Expériences d’utilisation de démarches participatives ou à minima d’animation sont bienvenues.
 
Pour en savoir plus, téléchargez l'offre ci-contre :
Télécharger les pièces jointes :
SHARE
APT Logo fra      logo brgm web frlogo inrae

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer