There is no translation available.

Contexte

L'équipe  OPTIMISTE  (Optimisation  du  Pilotage  et  des  Technologies  de  l’Irrigation:   Minimisation  des IntrantS, Transferts dans l’Environnement) du laboratoire de recherche G-EAU (https://www.g-eau.fr) développe le logiciel Optirrig voué à la génération, l'analyse et l'optimisation de scénarios d'irrigation.

Ce logiciel propose une représentation simplifiée des principaux processus hydrologiques et agronomiques intervenant dans le développement des cultures et met l'accent sur l'identification des stratégies d'irrigation pertinentes dans un contexte donné. Typiquement, la problématique est de gérer au mieux les contraintes sur la ressource (disponibilité, quota, restrictions, interdictions, pertes à l'usage) de  manière  à  satisfaire  un  objectif  de  rendement  agricole  et  financier  avec  une  faible  empreinte environnementale.

Si vous êtes familier du langage R, intéressé pour travailler dans le milieu de la recherche scientifique publique  et  que  vous  êtes  sensible  aux  problématiques  environnementales,  nous  vous  proposons  de rejoindre notre équipe pour participer aux développements ad hoc d'Optirrig dans le cadre du projet RSEau, avec des perspectives de publication :

  • module "temps quasi-réel" pour travailler sur le pilotage opérationnel des irrigations par rapport à des objectifs tactiques sur plusieurs variables, à l'échelle de la saison
  • module "forçage et/ou assimilation de données" pour intégrer des observations issues de la télédétection

sur certaines des variables d'état du modèle.

L'objectif du projet RSEau est la définition de pratiques d'irrigation "éco-efficientes", qui préservent la ressource lors des périodes de tension et puissent êtré récompensées par un PSE (paiement pour services environnementaux) en lien avec de la modélisation en économie.

Profil recherché

  • Formation maths applis, maths info ou méthodes numériques pour la physique
  • Intérêt pour la modélisation environnementale et le thème "Eau & Agriculture"
  • Très bonne connaissance et pratique du langage R, bonnes notions de C++
  • Curiosité scientifique, autonomie, capacité à travailler en équipe
  • Diplôme minimum requis : Master

Offre

  • Contrat de type CDD en service public, d'une durée de 12 mois
  • Rémunération ~28/32 k€ selon diplôme et expérience (droit public)
  • Localisation : UMR G-Eau, 361 rue Jean-François Breton, 34000 Montpellier
  • Restauration collective
  • Accès aux activités sportives et culturelles

Contact : Bruno Cheviron - This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it. - 04.67.04.67.64 (préférez le mail)                                                                                                             

There is no translation available.

Contexte

L'équipe  OPTIMISTE  (Optimisation  du  Pilotage  et  des  Technologies  de  l’Irrigation:   Minimisation  des IntrantS, Transferts dans l’Environnement) du laboratoire de recherche G-EAU (https://www.g-eau.fr) développe le logiciel Optirrig voué à la génération, l'analyse et l'optimisation de scénarios d'irrigation.
L'objectif du projet RSEau est la définition de pratiques d'irrigation "éco-efficientes", qui préservent la ressource lors des périodes de tension et puissent êtré récompensées par un PSE (paiement pour services environnementaux) en lien avec de la modélisation en économie.
 
Les travaux concernant l’usage du logiciel et son développement demandent une mise en regard avec des grandeurs mesurées in situ. Avec l’aide des personnels travaillant sur cette tâche, il vous faudra concevoir,  programmer  et  mettre  en  place  des  dispositifs  de  mesures  aux  champs.  Puis  suivre  ces dispositifs  de  mesures  en  se  rendant  sur place  à intervalles réguliers  et  sur plusieurs jours  (pour  faire notamment d’autres mesures ponctuelles) pour récupérer les données, les traiter et les analyser. Les sites d'étude du projet RSEau se trouveront sur la façade Ouest du territoire métropolitain. La personne recrutée pourra aussi apporter ses compétences aux autres activités et autres projets de l'équipe, dans le cadre du fonctionnement normal d'un collectif.
 

Profil recherché

  • Formation Agronome, mesures physiques
  • Intérêt pour la mesure en agronomie
  • Aptitude aux travaux de terrain
  • Autonomie, capacité à travailler en équipe
  • Diplôme minimum requis : Master

 

Offre

  • Contrat de type CDD en service public, d'une durée de 12 mois
  • Rémunération ~25-30 k€ brut selon diplôme et expérience (droit public)
  • Localisation : UMR G-Eau, 361 rue Jean-François Breton, 34000 Montpellier
  • Restauration collective
  • Accès aux activités sportives et culturelles

Contact : Cyril Dejean – This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it. - 04.67.16.64.89 (préférez le mail)

There is no translation available.

Context

The Ministry of Agriculture of Lao PDR has initiated a project aiming at the rehabilitation and extension of an irrigation system in the Boualapha district in the province of Khammouane. This irrigation system has stopped functioning since the weir that had been built in the 1990s across the river has been flushed away by floods. The project aims at securing wet season rice cultivation (affected by punctual droughts), at supporting diversification in the dry season, and at establishing Water User Groups to collectively managed the rehabilitated scheme that will cover two villages. Using participatory approaches based on simulation tools and serious games, CIRAD and IRD are providing a methodological support to the establishment and capacity building of these Water user Groups. Two master-level internships have been conducted in 2018 and 2019 and allowed to (1) elaborate different cultivation scenarios (i.e. type of crops and size of the irrigated area) according to different levels of water availability and (2) develop a prototype of simulation tool allowing to identify and discuss water management and allocations rules together with future irrigators and agricultural extension service. At the same time, the detailed design of the scheme (including the exact location of the canal network) has been finalized and construction work will start in September 2020. Farmers’ involvement in construction works is an important pre-requisite for the sustainability of the future irrigation system and constitutes a turning point when general water management and water sharing principles need to be “translated” into operational guidelines, collective rules to be respected, and enforcement mechanisms under the responsibility of clearly identified water user groups.

 

Content of the internship

The intern will refine the existing simulation tool so that it will mimic the actual irrigated area (location of the canal network, size of the irrigation blocks, etc.). The simulation tool will be refined so that it can be notably be used to (1) further discuss the adequacy between water availability and water demand on the basis of different cropping patterns and river flows; (2) identify water management rules, including the identification of the areas to be irrigated and water distribution rules to be followed in both wet and dry seasons; (3) identify conflict resolution mechanisms; (4) addresses issues of willingness to pay and its adequacy with scheme management needs (e.g. payment of an irrigation fee). A series of participatory workshops will be organized with farmers from the two villages served by the scheme and staff from the district agricultural office (the number and exact content of the workshop will be decided when the simulation tool will be refined. This internship supports the district (Boualapha) and regional (Khammouane) agricultural offices and SOFRECO, responsible for the creation of Water User groups for the management of the irrigation scheme.

 

Organisation

The internship will take place in the autumn of 2020/winter of 2021, under an agreement with IRD or CIRAD. Duration of 5 to 6 months starting in September or October 2020. The intern will work together with Lao technician, researchers and/or students providing translation assistance.

 

Profile

Student following an agronomy engineering cursus (M1), with a focus on developing countries and tropical agriculture. A good command of English is mandatory; Knowledge of water and irrigation issues and previous experience in South-East Asia are a plus.

 

Contact

Send CV and cover letter to Jean--Philippe Venot, IRD UMR G-EAU (This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.) and Nicolas Faysse, CIRAD UMR G-EAU (This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.).

 

Deadline April 15, 2020

The emergence and sustainability of life in the oases of the M’Zab in the Algerian Sahara is strongly linked to the mobilization of multiple water resources. The pioneers of the region had thought out and implemented, as early as the 11th century, an ingenious circular hydraulic system, which combined the use of surface and groundwater resources. This system has been continuously adapted to changes in the socioeconomic and climatic contexts. The circularity of this system materializes through a system of transport, sharing, and storage of water resources in the phreatic aquifer. This system is articulated around the ancestral social organization for distribution, allocation and storage of water.

This system was grafted on: i) an agro-ecological organization combining agriculture with livestock production, allowing the recycling of organic matter; ii) animal energy use for agricultural production and transport, and; iii) waste recycling nutrients, crop biomass and water within production systems, that increases the efficiency of use resource and minimizes waste, waste and pollution, especially with the use of dry toilets. However, the promotion of new forms of Saharan agriculture oriented toward economic profitability outside the old oasis in the so-called extensions, since the 1980’s, has questioned this circular system. At first glance, this rupture materializes through i) irrigated monoculture from little renewable groundwater; and ii) the reception of surpluses of (untreated) domestic water and irrigation in the phreatic aquifers, in addition to flood waters.

Thus, if these new forms of agriculture are generally very profitable, their environmental impacts are increasingly criticized. In Oued Souf, for example, there is pollution and a rise of water table in some places, which causes serious environmental and / or health problems (Côte, 1998). Faced with its environmental vulnerabilities, localized initiatives are beginning to emerge in order to promote more sustainable forms of agriculture in the Sahara. These include, for example, water conservation practices, the implementation of small groundwater recharge schemes, agro-ecological practices on some farms, organic farming or permaculture, or the recycling of organic or plastic waste. However, these initiatives are poorly documented and don’t receive much attention. Based on what emerged during our field missions, coupled with bibliographic reading, we formulate the hypothesis that the four links of the circular system (Water-Agriculture / Livestock-Waste-Energy) described above and which interact with each other, are a priori pillars of the resilience of the M’Zab oases. In a new socio- economic and agricultural context, we formulate the following question: How can the concept of circularity, applied to different links of the oasis system and their interactions, inspire a sustainable development of agriculture in the new forms of Saharan agriculture? To answer the research question, we propose three methodological steps:

• Sustainability analysis of the farms in different agricultural areas, by determining the degree of circularity that exists for each link of the system in these spaces through the IDEA method;

• Multi-scalar and multidisciplinary analysis of water circularity at the scale of farm and irrigated territory;

• Participatory modeling of scenarios for Saharan agriculture transformations.

 Photo 1 Photo 2 
   Sensor well, the flood waters are collected and put into the well to recharge the water table - © SAIDANI Amine
There is no translation available.

Le prochain séminaire IM2E SHS aura lieu le vendredi 7 février de 10h à 12h30 en Salle Mosson à l’UMR G-eau.

Teresa melo (hydrogeologue) et Sofia Bento (Sociologue), de l'Université de Lisbone, présenteront leurs travaux.

Cette session sera animée par Christelle Gramaglia.

Nous vous attendons nombreux !

There is no translation available.

Le 31 janvier 2020 en salle « Mosson » (Bâtiment Confluence) de 11h00 à midi, Laura Seguin et Patrice Garin - équipe IPD : Ingénierie de la Participation et de la Décision, ont présenté leurs travaux intiulés "Convergences et divergences entre connaissances scientifiques et choix de gestion dans la plaine du Roussillon : quelle restitution auprès des acteurs ?"

Laura Seguin est sociologue, spécialiste des questions de participation dans le domaine de l’environnement. Elle travaille actuellement à G-EAU sur la question de la traduction et de la réception des savoirs scientifiques dans le projet de recherche Dem’eaux Roussillon.

Patrice Garin est agronome et géographe, il s’intéresse notamment à l’élaboration des règles de gestion de l’eau dans les politiques locales de l’eau et à leurs évolutions en lien avec les dispositifs de concertation (apprentissages)

 

Résumé

Dem’eaux Roussillon est un projet de recherche portant sur le fonctionnement de l’aquifère côtier du Roussillon, dont les nappes constituent une ressource majeure pour de multiples usages. L’objectif scientifique est de mieux connaître les propriétés et les contraintes de cette ressource dans un contexte de changement climatique. La finalité opérationnelle est d’éclairer les acteurs dans leurs choix de gestion par l’estimation des volumes d’eau pouvant être prélevés de manière durable dans les différentes couches de l’aquifère.

Pour aider à cette traduction opérationnelle de ces connaissances scientifiques, nous avons mené une analyse rétrospective des liens ambivalents entre savoirs scientifiques et choix de gestion de l’eau sur ce territoire depuis les années 1960 à nos jours. Une frise chronologique a été construite à partir de la littérature scientifique, de documents de projets et de planification, et d’entretiens avec des acteurs clés de la gestion de l’eau. Elle restitue les convergences, décalages et divergences entre savoirs scientifiques sur les ressources souterraines et orientations des politiques de gestion.

Les origines de ces hiatus constituent des points sensibles entre les scientifiques et les acteurs de la gestion de l’eau. Il nous reste à éclairer les motifs de ces incohérences par une restitution de cette rétrospective auprès d’un panel de ces acteurs. Il s’agit d’en tirer des leçons pour la traduction des nouvelles connaissances produites au sein du projet Dem’eaux vers les gestionnaires, décideurs, et grand public.

C’est cette frise chronologique que nous vous présenterons lors de cette séance des « vendredi découverte ».  Elle sera suivie d’un déjeuner de travail de l’équipe IPD pour mettre en discussion la démarche de restitution auprès des acteurs.

Dem’eaux Roussillon est un projet financé par le FEDER-FSE 2014-2020 coordonné par Yvan Caballero du BRGM, en partenariat avec l’UMR G-EAU, l’Université de Perpignan Via Domitia, l’UMR Géosciences de Montpellier, BRL Ingénierie, Fugro GEOTER, Yellow Scan, Synapse Informatique, le Syndicat Mixte des Nappes de la Plaine du Roussillon et le Syndicat Mixte du bassin versant de la Têt.

Pour en savoir plus sur Dem’Eaux : https://www.brgm.fr/projet/dem-eaux-projet-envergure-sur-aquifere-cotier-roussillon

There is no translation available.

Une des contraintes importantes pour la mise en œuvre d’une gestion des nappes est l’accès à l’information sur la ressource et ses usages, et la circulation de cette information. Le projet eGroundwater se propose de tester des méthodes pour appuyer une gestion participative et durable des eaux souterraines grâce à des systèmes d’information innovants.

 

Ces méthodes concernent à la fois de nouveaux outils (par exemple analyse satellitaire, drones) et aussi l’implication des usagers dans la collecte et la gestion des données (ce qui entre dans un champ en plein développement, celui de la « science citoyenne »). Il est notamment prévu le développement et le test d’une application sur smartphone où les acteurs pourront à la fois entrer des données (par exemple concernant les niveaux d’eau) et obtenir de l’information en retour (par exemple sur la situation hydrologique ou sur les superficies plantées). Les cas d’étude sont situés au Maroc (province de Sefrou), en Algérie (région d’Adrar), en Espagne (région de Valence) et au Portugal (région d’Algarve).

 

EGROUNDWATER 
 Dépierrage pour plantation de pommiers en intensif dans le Moyen Atlas au Maroc © Nicolas Faysse, Cirad
There is no translation available.

En Tunisie les zones oasiennes, malgré leurs potentiels écosystémiques, sont menacées par un ensemble de facteurs biophysiques (surexploitation des nappes phréatiques,dégradation de l'environnement…) et socio-économiques (morcellement des terres, extension des terres agricole, industrialisation…) complexes.

Pour cela, de nombreuses innovations techniques (pompage solaire, réutilisation des eaux usées traitées…), institutionnelles (associations d'irrigants formalisées, instruments de planification territoriale…) et différentes pratiques (agro-écologiques, biologiques et raisonnées) ont été testées pour gérer les contraintes sur les ressources naturelles, d'une manière qui soit durable sur le plan économique, environnemental et social.
Ces innovations sont le produit de systèmes d’innovations tenant en compte les interactions entre différents d’acteurs qui contribuent de manière différente à la production, la diffusion et l’utilisation de différents types de connaissances. Dans ce cadre, la thèse s’intéresse à l'analyse des systèmes d’innovations oasiens et à évaluer leur impact sur le développement durable sur un petit territoire au sein de gouvernorat de Kebili.

 

Photo Khawla
 ©  Khawla REBHI 

 

There is no translation available.

Le 20 décembre 2019, en salle « Mosson » (Bâtiment Confluences) de 11h00 à midi, Laurie Schneider nous a présenté les résultats de son stage de fin d’étude réalisé à la chambre d’agriculture de l’Aude intitulé : Comment déterminer un prix et une répartition « justes » de l’eau d’irrigation dans le BV Aude compte tenu des évolutions dans la gestion de l’eau agricole ? Ou comment ont collaboré l’UMR G-Eau et la Chambre d’Agriculture de l’Aude (11) pour tenter d’y répondre.

 

Laurie Schneider est doctorante nouvellement arrivée à l’Irstea. Elle travaille sur la gestion des quotas d’eau pour les agriculteurs dans les territoires agricoles en tension, sous la direction de Marielle Montginoul (économiste, Irstea) et Delphine Leenhardt (agronome, Inra). Avant de rejoindre l’Irstea, Laurie a fait une classe préparatoire aux grandes écoles en littérature et sciences sociales, avant d’intégrer l’Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en-Provence (IEP). Elle a ensuite, en parallèle de la cinquième année d’étude de cet IEP, suivi le master 2 « Eau et Société » à MontpellierSupAgro, AgroParisTech et l’université des sciences de Montpellier.


Résumé :

La Directive Cadre sur l’Eau (DCE) d’octobre 2000 fait naître à l’échelle de l’Union Européenne l’objectif de « bon état des masses d’eau », qui est à la fois un bon état qualitatif et le retour à l’équilibre quantitatif. En 2006, la Loi sur l’Eau et les Milieux Aquatiques (LEMA) transpose la DCE dans le droit français ; elle impose la détermination d’un « volume prélevable » ou « quota d’eau collectif » et introduit l’outil « Organisme Unique de Gestion Collective (OUGC) » qui a pour but de répartir ce volume prélevable collectif entre les irrigants. Or, la somme des autorisations actuelles de prélèvement des irrigants est en général bien supérieure à ce volume prélevable déterminé collectivement ; les autorisations individuelles de prélèvement doivent donc être revues, afin que le volume total autorisé soit égal au volume prélevable à plus ou moins longue échéance (2021 au plus tard), dans le but de restaurer l’équilibre quantitatif dans les zones déficitaires (Zones de Répartition des Eaux, ZRE).

Cela transforme donc la gestion locale de la ressource et les coûts associés à sa mobilisation (nouvelle structure gestionnaire à financer, allocations en eau plus contraignante). Dans l’Aude, un déficit de 37 Mm3 net a été diagnostiqué en 2014 et l’OUGC est en cours de création.

Le partenariat de recherche entre l’UMR G-EAU et la Chambre d’Agriculture de l’Aude vise à étudier les modalités d’implémentation locale de la réforme ; la détermination d’un prix et d’une répartition de l’eau d’irrigation « justes » demande d’étudier l’existant mais aussi de prendre en compte les perceptions et revendications des acteurs. Ce partenariat de recherche a pour l’instant été développée en deux axes, qui vous seront présentés :

-              Une étude de la perception qu’ont les irrigants de la gestion actuelle de l’eau d’irrigation, de son évolution et des possibles modalités de répartition du volume prélevable.

-              Une approche économique de l’eau agricole, via une analyse de l’état actuel et de l’évolution des coûts et prix liés à la mobilisation de l’eau pour l’irrigation.

Page 1 of 29

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer