2019 - Evaluation des impacts des pratiques agricoles et des aménagements de conservation sur les sols par l'approche de l'Analyse de Cycle de vie : Cas du bassin versant de Merguellil - Meriem Jouini

Zone de Haffouz Amon Bassin Versant Merguellil Tunisie Meriem JouiniDans les zones semi-arides, l'agriculture est basée sur des ressources "eau et sol" limitées et fragiles souvent surexploitées. L'évaluation environnementale dans ces zones est difficile due au manque de données. Notre zone d'étude est située à l'amont du bassin versant de Merguellil, situé en Tunisie centrale, un pays méditerranéen, caractérisé par un climat semi-aride avec une forte variabilité des précipitations et des taux d'évaporation élevés (Lacombe, 2008) et elle est considérée comme une importante zone de recharge des aquifères. Dans la région méditerranéenne, la dégradation des sols et les ressources en eau constituent un enjeu pour l'homme et l'environnement. L'agriculture en Méditerranée se caractérise par des exploitations de petite taille - un grand nombre de fermes ont moins de 10 hectares - et économiquement moins efficaces. L'amont du Merguellil réunit des enjeux environnementaux majeurs tels que des ressources variables et limitées, la surexploitation des ressources en eau, le faible contrôle de l'accès à l'eau et une dégradation accélérée des sols. Ces problèmes sont également rencontrés dans tout le bassin méditerranéen, le bassin Merguellil peut alors être considéré comme un cas exemplaire (Leduc et al., 2007). Cette zone présente également une faible disponibilité de données. A partir de 1990, ce bassin a fait l'objet de plusieurs travaux de conservation des eaux et des sols pour le protéger contre l'érosion et protéger la partie aval du bassin versant de Merguellil (la plaine du Kairouan). Le développement d’une agriculture irriguée de plus en plus intensive et l'expansion rapide des aménagements de conservation ont posé la question de leurs impacts environnementaux et particulièrement sur la qualité des sols.

Dans le cadre de la gestion des ressources communes "eau et sol" et de la prise en compte de la diversité des pratiques agricoles au sein d'un territoire agricole, il est important d'évaluer les impacts à l'échelle d'un territoire. Notre objectif principal est évaluer les impacts environnementaux des aménagements de conservation des eaux et des sols (CES) et des systèmes agricoles les plus pertinents par une ACV à l’échelle du territoire.

L’ACV est l'approche de  l'Analyse de Cycle de Vie, c'est une méthode normalisée à l'échelle internationale largement utilisée pour évaluer les impacts environnementaux potentiels d'un système par comptabilité de la consommation de ressources et les émissions dans des objectifs d’éco-conception ou pour optimiser des processus existants. Elle présente des caractéristiques d’approche globale (tous les impacts environnementaux sont considérés) et de cycle de vie (« du berceau à la tombe »).Le sol est une composante essentielle de l'écosystème non seulement pour la production agricole mais aussi pour la durabilité de l'écosystème (la régulation des flux, habitat, …).  Il est ainsi important d'évaluer les impacts des activités sur la qualité du sol. Pour appliquer l’ACV à notre système, il faut prendre en compte des impacts des types de "Land use" dans notre territoire. Cependant, les aménagements de conservation des eaux et des sols (CES) ne sont pas pris en compte dans les méthodes actuelles en ACV. L’objectif principal de cette thèse est de fournir aux décideurs des connaissances sur les impacts environnementaux des ouvrages de CES à l’échelle d’un territoire. L’atteinte de ces objectifs pose trois questions de recherche :

  • Comment obtenir sur le territoire des données d’inventaire pour évaluer les impacts des activités agricoles ? Comment réaliser l’ACV d’un territoire avec une faible disponibilité de données?
  • Comment prendre en compte dans l’ACV les impacts des ouvrage CES sur la ressource "sol" ?
  • Comment intégrer les activités agricoles (y compris les pratiques) et CES dans une approche territoriale pour fournir des éléments de décision aux différents acteurs ?

Le terrain des pays du Sud pose une contrainte majeure pour une évaluation environnementale, c'est la disponibilité et la robustesse des données des pratiques et des systèmes agricoles et ainsi notre stratégie est de coupler l'approche de l'analyse de cycle de vie (ACV) avec une démarche participative dans l'amont du bassin versant de Merguellil en Tunisie centrale. Le couplage  entre ces deux approches consiste à intégrer les connaissances et la perception des acteurs locaux et à créer des connaissances sur les impacts environnementaux pour tous les acteurs de notre territoire (les décideurs, les agriculteurs,…) dans un contexte d'aide à la décision.

 

Mots clés : Analyse cycle de vie (ACV), Ressources "Eau & Sol", Evaluation environnementale

Photos : Zone de Haffouz, Amont Bassin versant Merguellil, Tunisie©Meriem Jouini

Informations supplémentaires

  • Contact:

    Doctorant : Meriem Jouini
    Téléphone : +216 276 455 69 / +33 7 87 62 08 59
    E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  • INFORMATION THESE:

    École Doctorale : GAIA
    Directeur de thèse : Carole Sinfort (Montpellier SupAgro), Hajer Amara (INAT)
    Encadrant : Julien Burte (CIRAD), Nadhira Benaiassa (INAT)
    Date Début : 01/03/2014
    Date de soutenance : 09/01/2019

  • Equipe(s) de l'UMR concernée(s):

    Socio-Hydro

SHARE

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer