Séminaire doctoral 2020-2021 : Agencements, dispositifs et assemblages. Quelles perspectives théoriques et méthodologiques pour les humanités environnementales ?

Séminaire doctoral : Agencements, dispositifs et assemblages. Quelles perspectives théoriques et méthodologiques pour les humanités environnementales ?

Mots clés : agencement, assemblage, dispositif, composition, interactions humains/non-humains, interdisciplinarité, environnement

Responsables de la formation : Elodie Fache (IRD, UMR GRED/SENS), Alexandre Gaudin (Montpellier Recherche en Management), Christelle Gramaglia (Inrae, UMR G-EAU), Pierre-Yves Le Meur (IRD, UMR GRED/SENS).

Nbre d’heures : 6*2h

Crédits (ECTS) : 5

Dates début et fin de la formation : décembre 2020 à mai 2021.

Lieu : Selon l'évolution de la situation sanitaire, AgroParisTech Montpellier (648 Rue Jean François Breton) ou en visio-conférence.

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Objectifs de la formation :

Depuis les années 1970, les notions d’agencement, de dispositif et d'assemblage connaissent un usage croissant en sciences sociales. Si Foucault, Deleuze et Guattari en font des concepts pivots de leur entreprise philosophique, nombreux sont aujourd’hui les auteurs en sciences sociales qui, sans forcément rompre avec les traditions théoriques de leur discipline, souhaitent en renouveler les termes. Leur démarche est alors d’interroger des objets techniques, des dispositifs, des groupes sociaux, ou encore des institutions « dont l’hétérogénéité interne constitue une propriété tout à la fois centrale et problématique, exigeant un renouvellement conceptuel et méthodologique » (Dodier et Stavrianakis, 2018, p. 9).

Ces nouvelles perspectives conceptuelles et méthodologiques suscitent plus particulièrement l’intérêt de chercheurs dont l’ambition est de mieux apprécier la matérialité des processus et les rapports engagés avec les milieux socio-environnementaux. Ces notions donnent en effet la possibilité de rediscuter une distribution des rôles trop vite établie entre le vivant et l’inerte, l’humain et le non-humain, mais aussi de renouveler le dialogue entre sciences biologiques et sciences sociales.

Le séminaire a pour objectif général de faire un point sur nos pratiques relatives à ces notions et d’évaluer leur intérêt heuristique. Il prendra la forme d’ateliers de lecture et d’analyses collectives d’études de cas portant sur divers dossiers environnementaux : exploitation et gouvernance des ressources naturelles (terre, eau, sous-sol, biodiversité…), initiatives et politiques de conservation, valorisation de la biodiversité, affaires de pollution, politiques climatiques, etc.

Ces ateliers de « pratique de la théorie » nous conduiront à reprendre les questions déjà formulées autour de ces notions :

1. Comment rendre compte de ce qui est de l’ordre de l’événement ou du structurant ? de la réflexivité des acteurs ou du schème de la pratique (Descola, 2005) ? de la marge de manœuvre ou de la domination ? des tensions et des processus d’ajustement et de désajustement ou de la fonction stratégique dominante (Agamben, 2014) ?

2. Le recours à ces notions n'est pas non plus sans effet sur la pensée critique en sciences sociales. Il a ainsi plusieurs fois été reproché à la théorie de l’acteur-réseau (Latour, 2006) de minorer l’effet des structures sociales et des asymétries durables (Pestre, 2013), ou encore de servir de fond idéologique à une nouvelle ingénierie technique et sociale (Neyrat, 2016). Dans le prolongement de ces questions, nous nous intéresserons aux initiatives voyant dans ces notions la possibilité de renouveler leur propre tradition critique : en Political Ecology (Robbins, 2012, pp. 76-80 ; 231-243), en anthropologie du développement (Mosse, 2005), ou encore au sein du courant néo-matérialiste (Bennett, 2010) (Puig de la Bellacasa, 2017). Comment aborder les questions de rapports de force et d'asymétrie ? En quoi la pensée critique et stratégique s'en trouve renouvelée ? Quels nouveaux rapports à l'action ces notions engagent-elles ?

3. Tim Ingold (2013), Donna Haraway (2020) et Anna L. Tsing (2017) ont envisagé pouvoir engager avec la notion d'agencement une alliance avec la biologie du développement et les études sur la symbiogénèse et la sympoïèse. Dans quelle mesure la pensée des objets composés autorise-t-elle un dialogue entre sciences sociales et sciences biologiques, voire à renouveler mutuellement nos manières de rendre compte des processus socio-environnementaux et donner corps à la notion d’humanités environnementales ?

 

Références bibliographiques :

Agamben, G. (2014). Qu'est-ce qu'un dispositif ? Paris: Rivages Poche.

Bennett, J. (2010). Vibrant Matter. A Political Ecology of Things. Durham: Duke University Press.

Descola, P. (2005). Par-delà nature et culture. Paris: Gallimard.

Dodier, N., & Stavrianakis, A. (2018). Présentation. Le champ des objets composés. In N. Dodier & A. Stavrianakis (Eds.), Les objets composés. Agencements, dispositifs, assemblages (pp. 10-38). Paris: Ed. de l'EHESS.

Haraway, D. J. (2020). Vivre avec le trouble. Vaulx-en-Velin: Les éditions des mondes à faire.

Ingold, T. (2013). Marcher avec les dragons. Bruxelles: Zones sensibles.

Latour, B. (2006). Changer de société. Refaire de la sociologie. Paris: La Découverte.

Mosse, D. (2005). Cultivating Development. An ethnography of Aid Policy and Practice. London / New York: Pluto Press.

Neyrat, F. (2016). La part inconstructible de la Terre. Critique du géo-constructivisme. Paris: Seuil.

Pestre, D. (2013). A contre-science. Politiques et savoirs des sociétés contemporaines. Paris: Ed. du Seuil.

Puig de la Bellacasa, M. (2017). Matters of Care. Speculative Ethics in More Than Human Worlds. Londres: University of Minnesota Press.

Robbins, P. (2012). Political Ecology. A Critical Introduction. Oxford: Wiley-Blackwell.

Tsing, A. L. (2017). Le champignon de la fin du monde. Sur les possibilités de vivre dans les ruines du capitalisme. Paris: La Découverte.

 

Modalités d'animation

Le séminaire est composé d'une première séance d'introduction et de présentation, d'une série d'ateliers thématiques et enfin d'un atelier dédié aux travaux des doctorant.es.

Les ateliers thématiques seront organisés de la façon suivante :

  • En rapport avec la thématique, deux articles devront être lus préalablement par tous les participant.es
  • La session commencera par la présentation de l'intervenant.e, sera suivie d'une discussion conduite par 2 ou 3 discutant.es, et s'achèvera sur un échange avec le reste des participant.es.
  • L'atelier fera l'objet d'un compte-rendu rédigé par deux personnes se portant volontaires en début de session

Pour conserver un format "atelier", nous limiterons le nombre de participant.es (hors doctorant.es) à une douzaine de personnes. Ces dernières s'engagent à être discutantes pour une des sessions et à être présentes pour une majorité des sessions. Si vous êtes intéressé.e, faites-vous connaître au préalable auprès de l'équipe organisatrice.

Méthode pédagogique / Modalités d’évaluation

Le séminaire est organisé sous la forme d’ateliers au cours desquels seront discutés des articles/chapitres d’ouvrage et des travaux en cours. Il sera demandé aux doctorant.es de présenter la façon dont une ou plusieurs des notions traitées au cours des séances leur semble utile pour aborder un des points de leur thèse.

Programme provisoire

Mardi 15 décembre 2020 : 10h – 12h : Présentation du séminaire et des participant.es.

Présentation des objectifs du séminaire, de ses modalités d'organisation et de son programme. Présentation des participant.es.

Dodier, N., & Stavrianakis, A. (2018). Présentation. Le champ des objets composés. In N. Dodier & A. Stavrianakis (Eds.), Les objets composés. Agencements, dispositifs, assemblages (pp. 10-38). Paris: Ed. de l'EHESS.

Vendredi 15 janvier : 10h – 12h : Agencement, acteur-réseau, dispositif : convergences et avantages comparatifs sur l’exemple des savoirs et de la gouvernance de l’eau, par Pierre-Yves Le Meur

Mes travaux en Nouvelle-Calédonie sur la gouvernance locale de l’eau et les savoirs associés m’ont amené à mettre au jour des associations complexes d’acteurs humains et non-humains intrinsèques à la circulation de l’eau, ainsi qu’à sa compréhension et sa gestion par les acteurs. A travers cet exemple seront mis à l’épreuve les approches en termes d’agencement, d’acteur-réseau et de dispositif pour essayer d’en cerner les éventuelles convergences, complémentarités et contradictions.

Müller, M., & Schurr, C. (2016). Assemblage Thinking and Actor-Network Theory: Conjunctions, Disjunctions, Cross-Fertilisations. Transactions of the Institute of British Geographers, 41(3), 217-229. doi: DOI: 10.1111/tran.12117

Wagner, J. R. (2015). Introduction. In J. R. Wagner (Ed.), The Social Life of Water (pp. 1-13). New York - Oxford: Berghahn.

Vendredi 5 février : 10h – 12h : Agencement et agency des non-humains : intérêt heuristique au prisme de l’exemple des relations entre humains et poissons à Fidji, par Elodie Fache

A Fidji, le concept iTaukei (autochtone) de vanua englobe les interconnexions entre les espaces terrestres, littoraux et marins, les humains et non-humains qui y sont associés, et les systèmes socioculturels et sociopolitiques qui s’y inscrivent et les façonnent. Dans ce contexte, les poissons ne sont pas pensés comme de simples « ressources naturelles » qui peuvent être exploitées ou doivent être protégées. Les relations entre humains et poissons sont considérées comme réciproques et négociées, et les comportements des poissons (ou tout au moins de certains d’entre eux) sont conçus comme intrinsèquement connectés à ceux des humains, en particulier à leur respect – ou absence de respect – pour Dieu, les ancêtres, les chefs, les normes coutumières et religieuses, etc. Dans quelle mesure le concept d’agencement permet d’aborder les enjeux actuels de pêche et de gestion/conservation marine à Fidji, en considérant les humains et les poissons comme des acteurs de statuts ontologiques équivalents, en accord avec la vision iTaukei du monde dans laquelle la relationnalité est primordiale ? A travers cet exemple, la séance mettra plus généralement en question comment le concept d’agencement permet de mettre en lumière l’agency des non-humains (vivants ou inertes), et d’envisager ainsi la symétrie des relations entre humains et non-humains.

Bennett, J. (2010). Vibrant Matter. A Political Ecology of Things. Durham: Duke University Press. (Extrait précisé ultérieurement)

Slaby, J., Mühlhoff, R., & Wüschner, P. (2019). Affective arrangements. Emotion Review, 11(1), 3-12. doi: 10.1177/1754073917722214

Tsing, A. L. (2017). Le champignon de la fin du monde. Sur les possibilités de vivre dans les ruines du capitalisme. Paris: La Découverte. (Extrait précisé ultérieurement)

Mardi 30 mars : 10h – 12h : Epistémologies féministes et care multispécifique, par Christelle Gramaglia

Dans quelle mesure les réflexions conduites à partir de points de vue subalternes / minoritaires peuvent transformer les savoirs, les pratiques et les configurations socio-matérielles de la crise écologique ? Cette séance sera consacrée à la lecture de textes de Donna Haraway, Maria Puig de la Bellacasa et d’autres plus récents sur les relations multispécifiques. Articles précisés ultérieurement

Jeudi 8 avril : 10h – 12h : Résurgence et agencement. Interroger la gestion des ressources naturelles renouvelables, par Alexandre Gaudin. Intervention et articles précisés ultérieurement

Vendredi 21 mai : 9h – 12h : Présentation des travaux des doctorant.es

 

SHARE
APT Logo fra      logo brgm web frlogo inrae

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer