Vendredi découverte - Une expérience participative pour restaurer l’Auzon (RESTAU’DEBAT - projet ZABR) - Elsa Picard, Sylvie Morardet et Christelle Gramaglia

restau-debat-1
Catégorie
Vendredi découverte
Date
vendredi 27 janvier 2023 11:00
Lieu
La présentation aura lieu à la fois en présentiel, à l'Institut Agro (salle 215 - bâtiment 11), Campus de la Gaillarde et en distanciel via le lien ci-après :

Ce vendredi 27 janvier à 11h00, Elsa Picard, Sylvie Morardet et Christelle Gramaglia nous présenteront la démarche et les premiers résultats du projet Resteaudébat piloté par Christelle, et mis en œuvre par une équipe pluridisciplinaire de chercheurs et chercheuses de G-eau, de l’INRAE Lyon (UR Riverly) et de l’université Lyon 2 (résumé ci-dessous). La présentation sera suivie d’une courte vidéo documentant la démarche.

La présentation aura lieu à la fois en présentiel, à l'Institut Agro (salle 215 - bâtiment 11), Campus de la Gaillarde et en distanciel via le lien suivant : https://institut-agro.zoom.us/j/91448669298?pwd=V3RwOEo3THowOTFielNwNWpvNXZLUT09

 

Résumé :

Elsa Picard, Sylvie Morardet, Christelle Gramaglia  – Une expérience participative pour restaurer l’Auzon (RESTAU’DEBAT - projet ZABR)

Notre communication rend compte d’une expérience participative qui, au lieu d’éviter les controverses, a permis de les expliciter pour s’en servir comme des espaces d’exploration et de co-construction du projet de restauration d’un petit cours d’eau vauclusien : l’Auzon. Celui-ci a été endigué et barré par des seuils. Ses rives, à Mazan, sont devenues des routes et des parkings, tandis que les sols de son bassin versant étaient artificialisés. Sa qualité écologique s’est dégradée en même temps que sa puissance de destruction, lors des crues, s’est accentuée. Cependant, plutôt que de proposer, seul, des solutions qui auraient heurté les attachements des riverains, le syndicat de rivière EPAGE Sud-Ouest Ventoux s’est associé à une équipe de recherche interdisciplinaire pour imaginer des ateliers d’apprentissage mutuel. Après une série d’échanges et des travaux pratiques qui ont permis d’écluser les enjeux techniques et sociaux, les riverains ont été invités à fabriquer leurs propres maquettes sensibles de l’Auzon du futur.

Les résultats de cette expérience sont de deux ordres. D’une part, elle a débouché sur des propositions concrètes qui ont permis de dépasser des positions de principe, par exemple, le refus de démanteler un seuil pour la continuité écologique, alors que sa cascade était appréciée. Les riverains ont suggéré de le remplacer par une série de petits enrochements capables de fournir les mêmes agréments visuels et sonores, si une prise d’eau alternative était trouvée pour les canaux. De même, les ateliers ont permis de transformer des doléances individuelles, à propos des désaménités du cours d’eau, en revendications pour le récupérer comme commun. Au-delà de la restauration, les riverains ont émis le souhait de constituer une assemblée pour continuer à prendre soin de l’Auzon, mais aussi redonner sa place au cours d’eau dans les politiques urbaines locales.

Nous expliquons les avantages de notre méthode qui place les experts dans une relation symétrisée avec les riverains pour « refaire » lien avec la rivière - en recourant au sensible. Nous en tirons des réflexions plus générales pour penser le démantèlement des infrastructures anthropocéniques de manière à restaurer, plus largement, l’habitabilité de nos milieux. 

 

Venez nombreux !

 
 
APT Logo fra      logo brgm web frlogo inraeLogo Institut Agro Mpl petit

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer