2018 - Evaluation prospective de la demande en eau agricole et des options de gestion durable de la ressource en eau à l'échelle d'un territoire irrigué en Tunisie centrale - Amal Azizi



Installation forage illicite Plaine de Kairouan Tunisie Amal AziziLe développement rapide de l’usage des eaux souterraines pour l’irrigation en Tunisie a permis une croissance agricole considérable. Mais dans de nombreuses régions un tel développement devient non durable, comme c’est le cas pour la plaine de Kairouan en Tunisie centrale.


La tendance au morcellement des exploitations agricoles et l’augmentation continue du prix des intrants dans ce territoire irrigué ont conduit à une diminution des revenus des agriculteurs, incitant les irrigants à s’orienter vers des cultures à haute valeur ajoutée, pour rentabiliser leurs petits lots de terre. Mais ces cultures (maraîchage et vergers) sont en contrepartie plus consommatrices en eau, entraînant une situation de déséquilibre entre l’offre et la demande. Ce déséquilibre est encore accentué par la succession des périodes de sècheresse et les dysfonctionnements de la distribution de l’eau dans les PPI, avec des risques fréquents de pannes et des tours d’eau très longs. Ceci a engendré une compétition entre les usagers pour accéder à la ressource et une frénésie d’installation de forages privés entrainant un rabattement annuel du niveau de la nappe d’environ 1,5 m/an (CRDA, 2015).


L’administration n’arrive pas à contrôler l’expansion des prélèvements individuels et doit constamment arbitrer entre des objectifs de préservation des ressources en eau (fermeture des forages) d’une part et la consolidation du développement agricole dans la région (fixation de la population rurale, maintien des niveaux de production, amélioration du revenu agricole) d’autre part. En l’absence d’une application réelle des lois pour limiter la surexploitation des nappes, c’est toute l’économie agricole qui est fragilisée, avec des effets en cascade sur le développement rural, les filières agricoles, et in fine la sécurité alimentaire du pays. Dans ce contexte de surexploitation des nappes, l’estimation de la demande en eau et l’identification de ses déterminants paraissent incontournables. La demande en eau estimée permet de quantifier l’écart existant et les déséquilibres à venir entre disponibilité et besoin et d’évaluer au mieux les options de gestion de la ressource.


Nous voulons dans ce travail décrire brièvement le contexte actuel de plaine de Kairouan, la typologie existante des exploitations agricoles, et les évolutions qui sont apparues depuis les années 2005. Nous essayerons de comprendre :
- Y a-t-il eu des changements importants dans la structure des exploitations (morcellement, main d’oeuvre, équipements …) qui ont influencé leurs choix de production et donc leur demande en eau?
-Dans quel sens et dans quelle proportion ont évolué les superficies irriguées ? Y a-t-il eu des modifications des cultures irriguées ? Les pratiques et techniques d’irrigation ont-elles changé ?
-Y a-t-il des inégalités d’accès à la ressource ? Ont-elles augmenté ou diminué dans la période récente ? Cela amène-t-il au développement d’échanges d’eau entre exploitations ?

Ensuite, nous modéliserons le fonctionnement des exploitations types (modélisation microéconomique), en tenant compte des contraintes qui pèsent sur elles et des échanges de foncier et d’eau qui ont eu lieu entre les agriculteurs.
Etant donné un contexte actuellement très changeant (marchés, réglementation, climat), prévoir la demande en eau d’irrigation à moyen et long termes doit tenir compte des incertitudes sur l’impact sur les exploitations agricoles qu’auront les changements de contexte. Ainsi nous proposons de simuler la variation de la consommation en eau en fonction de différents scénarios climatiques, d’options de politique agricole et d’un ensemble d’instruments de gestion. 

 

Mots clefs : Exploitation agricole, territoire irrigué, demande en eau, modélisation, simulation, instruments économiques, ateliers de prospective

 

Photos : Installation forage illicite, Plaine de Kairouan Tunisie©Amal Azizi

 

Informations supplémentaires

  • Contact:

    Doctorant : Amal Azizi
    Téléphone : +33 7 83 22 59 86
    E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  • INFORMATION THESE:

    École Doctorale : EDEG
    Directeur de thèse : Marielle Montginoul (Irstea)
    Encadrant : Sylvie Morardet (Irstea), Jean Louis Fusillier (Cirad)
    Date Début : 26/01/2015 
    Date de soutenance : 10/12/2018

  • Equipe(s) de l'UMR concernée(s):

    PRS

SHARE

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer