Ingénierie de la participation et de la Décision (IPD)

L'équipe IPD « Ingénierie de la Participation et de la Décision » a pour vocation de concevoir et mettre en œuvre sur des cas réels, des méthodes, outils, et indicateurs pour l’aide à la décision et à la gestion participative de l’eau, impliquant plusieurs acteurs à différentes échelles. Elle s’intéresse également à l’évaluation des impacts de ces approches sur les représentations et capacités des acteurs impliqués. L’équipe rassemble 14 chercheurs ou chercheurs associés permanents de l’UMR , deux post-doctorantes et un ingénieur d’étude en CDD, et trois doctorants. Les principales disciplines représentées sont l’économie, l’agronomie-système, la modélisation de systèmes complexes et la sociologie. Les membres d’IPD sont également impliqués pour la plupart dans d’autres équipes thématiques de l’UMR (principalement dans Adaptations, PRS et INCA).

 

Contexte

Les besoins en ingénierie de la participation et de la décision pour la gestion de l’eau sont liés au contexte français et international de décentralisation des politiques de l’eau depuis près d'une vingtaine d'années. Ces politiques en appellent à l'implication des parties prenantes (usagers agricoles, industriels ou urbains, services de gestion, administrations publiques, collectivités) dans leurs définitions et mises en œuvre. Il s’agit d’adapter leurs objectifs aux contextes locaux, de mieux coordonner les politiques sectorielles mais aussi d’élaborer des consensus sociaux sur les choix à opérer, ce qui suppose de se mettre d’accord sur les critères et indicateurs permettant d’évaluer les actions proposées.

Des dispositifs participatifs adaptés et outillés peuvent contribuer à résoudre les nombreuses questions soulevées : comment élaborer des règles concrètes de gestion de l’eau en tenant compte d’un grand nombre de points de vue, d’asymétries de pouvoir et de connaissances, de remise en cause de pratiques d’usages ? Comment améliorer la mise en cohérence des politiques de l’environnement, de l’agriculture, de l’urbanisme lorsque l’on fait face à une multiplicité d’organisations dont les mandats sectoriels s’entremêlent sur des territoires en partie communs ? Comment concilier les points de vue souvent divergents pour co-construire des indicateurs communs permettant d’évaluer les situations de gestion (diagnostic), les actions proposées (planification) et les impacts des politiques (suivi-évaluation) ? Comment penser des formes nouvelles de gouvernance et d’organisation entre agriculteurs, usagers, administrations, gestionnaires afin de répondre aux enjeux de sécurité alimentaire, de protection contre les risques ou de partage de la ressource en eau entre usages ?

 

Produits

L’équipe IPD développe des outils participatifs et d’évaluation pour la décision collective, dans le cadre de projets de recherche en France ou dans les pays du sud.

Dans le domaine de l’évaluation, l’équipe s’intéresse plus particulièrement à trois formes d’évaluation portant sur deux objets : les hydrosystèmes et les politiques et l’action publique et collective relatives à la gestion de l’eau et aux risques liés à l’eau :

  • L’évaluation des impacts environnementaux des activités humaines en lien avec l’eau (activités agricoles irriguées et services d'eau urbains) ;
  • L’évaluation des services écosystémiques fournis par des hydrosystèmes naturels ou anthropisés ;
  • L’évaluation des politiques et des actions collectives relatives à la gestion de l’eau et aux risques liés à l’eau.

Les travaux sont focalisés en particulier sur l’adaptation aux besoins des utilisateurs des critères d‘évaluation proposés par différents cadres conceptuels, pour nourrir les processus de décision dans le domaine de l’eau. Ces critères incluent des représentations synthétiques de l'état d'un système (indicateurs de durabilité des socio-écosystèmes), des mesures d’impacts d'un procédé ou d'un produit (Analyse de Cycle de Vie), des valeurs accordées aux fonctionnalités d'un écosystème, des critères d'efficience des actions collectives (Analyse Coût-Bénéfice). La manière dont ces indicateurs sont mobilisés concrètement dans le processus de décision fait aussi partie de notre champ d’investigation. En particulier, l’équipe s’intéresse à la co-construction avec les acteurs des indicateurs d’évaluation des actions publiques (voir par exemple la thèse d’Houssem Braiki soutenue en mai 2018).

 

Photo1 Eq IPD

Photo2 Eq IPD

Jeu AMIC’EAU testé en communauté de pratiques à Montpellier puis sur le terrain en Tunisie

Dans le domaine de la participation, l’équipe IPD développe l’approche CoOPLAaGE (Combiner des Outils Ouverts et Participatifs pour Laisser s’Adapter les Acteurs de la Gestion de l’Eau - http://cooplaage-intro.Watagame.info). Cette approche outille et structure l’innovation dans l’ingénierie participative des projets territoriaux (SAGE, SCOT, planification, aménagement, Plan de Développement Durable), depuis l’ébauche du projet jusqu’à son évaluation post-implémentation. Elle a été conçue pour accompagner l’ensemble des acteurs, gestionnaires, élus, citoyens, socioprofessionnels, experts, dans une procédure décisionnelle intégratrice fondée sur des principes de modélisation et simulation participative issus de la recherche-intervention. L’objectif de cette méthode est de « Faire faire » aux parties prenantes : fournir un ensemble d’outils et de méthodes simples, robustes et facilement appropriables pour mettre en œuvre des ateliers participatifs de modélisation, de simulation, de planification, de suivi-évaluation. L’équipe a développé une formation en ligne, Terreau & Co, pour concevoir et mettre en œuvre des dispositifs participatifs sur un territoire, s’appuyant  sur les outils CoOPLAaGE.

Photo3 Eq IPD.jpg

Procédure COOPLAGE mise en œuvre dans le projet Afromaison en Ouganda

Enfin le kit pédagogique de jeu « L’Eau en Jeu® » a été conçu par l’équipe PAGE, dont est issu en partie IPD, à 5000 exemplaires et diffusé par la CASDEN au sein de l’éducation nationale. Ce kit a été destiné à sensibiliser les élèves aux enjeux de la préservation de l’eau (http://eauenjeu.org). Ce kit inclut deux jeux sur les usages et la gestion de l’eau, l’un à échelle d’un bassin versant, l’autre, à échelle d’un quartier. Il est utilisable par les enseignants à partir du CE2. Il constitue un exemple de diffusion de l’outil à large échelle et une forme d’autonomisation de son usage.

Pour animer ces travaux, l’unité cogère avec la société Lisode (www.lisode.com) une communauté de pratique des concepteurs de démarches participatives (www.participmontpellier.wordpress.com/about/), qui regroupe des personnes qui testent leurs démarches avant de les déployer sur le terrain avec les acteurs réels. Ces tests permettent de concevoir, tester et calibrer des démarches participatives, définir la démarche et les critères d’évaluation des démarches participatives, entraîner à la facilitation des interventions, mais aussi retrouver d’autres praticiens pour débattre des pratiques de la participation. Lisode est également partenaire de plusieurs projets de recherche et intervient en accompagnement à la conception et la mise en œuvre de démarches participatives avec les membres de l’équipe.

Photo4 Eq IPD Photo5 Eq IPD

  Jeu de rôle Rés’eaulution Diffuse (IRSTEA/Lisode) portant sur les pollutions diffuses agricoles, testé en communauté de pratiques avant sa mise en œuvre sur le terrain dans la Brie (Seine-et-Marne)

Projets en cours

  • Dans le domaine de l’évaluation :
  • Participation au groupe de travail « AMC Inondation » piloté par le CGDD au Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire
  • RhônaVel’eau (projet de la Zone Atelier Bassin du Rhône, piloté par l’UMR EVS du CNRS de Lyon) sur le patrimoine rhodanien vue par les usagers et les acteurs de la ViaRhôna, voie cyclable le long du Rhône
  • Dans le domaine de la participation
  • SPARE (projet InterReg Alpine Space) : Planification stratégique des écosystèmes des rivières alpines (www.alpine-space.eu/projects/spare/en/home)
  • Quelle stratégie participative pour la gestion locale de l’eau avec les citoyens ? (projet de l’accord-cadre Irstea-Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée-Corse)
  • Brie’eau (en partenariat avec l’UR HBAN, Irstea Antony) : Mise en œuvre et évaluation d’une démarche participative sur les pollutions diffuses agricoles dans la Brie : quels apprentissages des acteurs (chercheurs, institutionnels, collectivités, agriculteurs, associations, habitants) ?
  • Dans les deux domaines

PACTE-Plateformes : projet d’appui technique au ministère de l’agriculture de Tunisie sur la planification stratégique et l’évaluation participatives des plans de gestion des ressources naturelles dans six territoires ruraux vulnérables.

 

Thèses

  • Houssem Braiki (thèse soutenue en mai 2018) : Construction d’une démarche participative pour améliorer la gestion de l’eau et du sol : Une application aux politiques des aménagements de conservation des eaux et des sols en Tunisie Centrale (co-tutelle Institut National Agronomique de Tunisie et AgroParisTech)
  • Sarah Loudin (soutenance prévue février 2019) : Peut-on évaluer expérimentalement l'impact des processus participatifs en gestion de l'eau ? Etude d'une méthode générique ciblant la distribution des capabilités et l’apprentissage social (Agroparistech)
  • Benjamin Noury (soutenance prévue en 2020) : Les conditions d'intégration de la réutilisation des eaux usées traitées dans les stratégies individuelles et collectives des acteurs d'un territoire (thèse CIFRE avec la Société du Canal de Provence, Institut Méditerranéen des Sciences de l’Information et de la Communication, IMSIC)

 

Post-doctorats

  • Emeline Hassenforder (2016-2019) sur les projets SPARE et AERMC
  • Laura Seguin (avril 2017 - mars 2019) sur le projet Brie’eau

Photo6 Eq IPD

Une session de jeu CappWag dans le cadre du projet Proscar (Bizerte, Tunisie). (Photo : S. Loudin)

Photo7 Eq IPD

Discussion entre les agriculteurs, les chercheurs et les agents administratifs nationaux dans le but de valider et de corriger collectivement
les données collectées au niveau du diagnostic de terrain (thèse Houssem Braiki)

Photo8 Eq IPD

Atelier multi-acteurs pour identifier des indicateurs environnementaux liés aux impacts des pratiques agricoles
et des aménagements de conservation des eaux et des sols (thèse Houssem Braiki)

 

Responsable de l'équipe : Sylvie Morardet

Irstea   UMR G-EAU 

 

 

SHARE

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer