There is no translation available.

Le prochain séminaire IM2E SHS intitulé « Co-production of innovations » aura lieu online vendredi 24 avril de 10h à 12h30. 

Cette session sera animée par Emeline Hassenforder (Cirad, UMR G-eau).

Pour des questions pratiques, merci de renseigner votre participation via le lien qui se trouve dans le document à télécharger ci-contre.

 

Comptant sur vos nombreuses participations !

 

There is no translation available.

Jean-Daniel Rinaudo et Marielle Montginoul nous informent de la parution d’un livre Franco-Australien sur la gestion quantitative des eaux souterraines, co-édité avec Cameron Holley, juriste à New South Wales University et Steve Barnet, du Dept for Environment, Water & Natural Resources de l’état d’Australie du Sud.

There is no translation available.

pep nc3

Du 10 au 28 novembre 2019, Nils Ferrand, CoOPLAaGE UMR G-EAU, a guidé la Mission Interservices de l’Eau de Nouvelle-Calédonie (Gouvernement et les trois provinces) pour la conception et le pilotage du processus participatif multi-niveaux de mise en œuvre de la Politique de l’Eau Partagée (PEP) votée en mars 2019.

There is no translation available.

Employeur

L’institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (INRAE) est un établissement public de recherche rassemblant une communauté de travail de 12 000 personnes. Ses recherches visent à construire des solutions pour des agricultures multi-performantes, une alimentation de qualité et une gestion durable des territoires, des ressources et des écosystèmes, en tenant compte des risques auxquels ils sont soumis.

 

Environnement de travail et activités

Vous serez accueilli au sein de l’équipe adaptation de l’unité Gestion de l’Eau, Acteurs et Usages (G-eau). L’ambition de G-eau est de développer des recherches finalisées sur la gestion technique, économique et sociale de l’eau, en privilégiant la formalisation des interactions entre les mécanismes biophysiques et les processus décisionnels, sous l’influence de forçages (aléas climatiques, politiques sectorielles, législation et contexte économique). Les travaux de l’équipe adaptation participe à la production et l’analyse d’outils méthodologiques d’évaluation des politiques publiques de la gestion des inondations, dans le cadre d’un appui à la Direction Générale de la Prévention des Risques (DGPR), du Ministère de la Transition Écologique et Solidaire (MTES), via une participation au groupe de travail AMC Inondation (GT AMC).

Votre travail consistera principalement à contribuer au développement d’une base de données sur les études de type analyse coût-bénéfice (BD ACB, PostgreSQL) réalisées dans le cadre de la labellisation des programmes d’actions de prévention des inondations (PAPI) par la commission mixte inondation (CMI). Ces travaux de développements comprendront :

  • contribuer au développement d’un processus d’intégration des nouvelles études dans la BD ACB (librairie R) ;
  • contribuer à l’interfaçage de la BD ACB avec des outils d’analyse des ACB (floodam.cba, librairie R) développés par l’équipe, dans une perspective de création de rapport automatique ;
  • adapter le processus d’intégration / analyse en fonction de contributeurs de natures différentes (mainteneurs, utilisateurs de type « expert », utilisateurs de types « instructeur », utilisateurs de type « collectivité », utilisateurs de type « bureau d’étude ») ;
  • adapter la BD ACB et des processus d’intégration en fonction de nouveaux types des données jugés pertinents
  • maintenir la BD ACB avec les nouvelles études, ou les nouveaux types de données.

Cette mission donnera lieu à la production de rapport, de présentation au GT AMC, à la CMI. En complément, selon votre efficacité, vous pourrez également contribuer à la valorisation scientifique de ces travaux. De même, en fonction de votre efficacité, vous serez encouragé à contribuer au travail de l’équipe adaptation d’autres aspects en lien avec le GT AMC, comme ceux concernant la mise en place de sites expérimentaux pour le test de méthodologies développées dans le cadre du GT ACB.

 

Compétences recherchées

Master/Ingénieur (Bac+5)

Nous sommes à la recherche de collaborateurs impliqués dans leurs travaux qui combinent à la fois une grande capacité d’autonomie avec un goût pour le travail d’équipe.

Sur ce poste en particulier, nous recherchons une personne maîtrisant le langage R, le langage SQL, le SGBD PostrgreSQL, l’environnement linux. la personne recrutée sera amenée à produire des documents en utilisant LaTeX, à utiliser git pour versionner sa production, autant de type informatique que pour les rapports. En ce qui concerne le développement d’intégration pour des utilisateurs « tiers » toute expérience dans le développement d'interface web avec des outils libres sera un plus indéniable.

Même si ce n’est pas une condition nécessaire, un intérêt pour la politique de gestion des inondations en France, une maîtrise de l’évaluation économique publique, si possible dans ce contexte, sera également appréciée.

Enfin, la capacité à analyser, synthétiser, rédiger et communiquer en français est attendue. Pour la publication d’articles, une capacité de rédaction en anglais est nécessaire.

 

Informations sur le contrat

Localisation : UMR G-EAU, Montpellier

Type de contrat : D2A41 - Ingénieur-e d’études en production, traitement, analyse de données et enquêtes

Durée : 9 mois (fin 2020), possibilité de prolongation de contrat

Salaire : 2033 – 2441 €/mois brut selon expérience

Démarrage : À partir du 1er avril

 

Comment postuler

Envoyer votre candidature à This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it., a minima :

•    une lettre de motivation

•    un CV

•    une lettre de recommandation

Pour justifier de votre expérience, un  accès à des développements réalisés sous R ou PostgreSQL est le bienvenu.

There is no translation available.

Vendredi 6 mars 2020, en salle « Mosson » (Bâtiment Confluences) de 11h00 à midi, Héloïse Valette a présenté ses travaux, intitulés : "Questionner l’accès équitable à l’eau potable selon l’origine des eaux : un éclairage à partir du cas de Surakarta (Indonésie)".

Résumé :

En Indonésie, les taux d’accès à l’eau potable sont élevés. Selon les chiffres officiels internationaux, en 2017, 90% de la population avait accès à une eau « améliorée », c’est-à-dire protégée des contaminations animales (JMP, 2017). Ces taux masquent cependant la diversité des modes d’accès. En effet, l’universalisation de l’accès à l’eau par le réseau centralisé n’est pas le modèle retenu en Indonésie et le gouvernement encourage fortement le développement de systèmes autonomes d’alimentation en eau potable. En 2015, moins de 20% de la population était connectée à un réseau centralisé (BPS, 2017). Par ailleurs, près d’un tiers des indonésiens (31,3%) utilisent de l’eau embouteillée pour la consommation domestique (BPS, 2017 ; Nastiti et al., 2017), ce qui fait de l’Indonésie le second marché d’eau en bouteille d’Asie, après la Chine. Enfin, une forte proportion de la population a un mode d’accès à l’eau familial (puits, forage). Cette diversité questionne l’équité dans l’accès à une eau potable du point de vue du tarif, de la qualité de l’eau desservie, ou encore de la continuité du service. De nombreux travaux sur les services d’eau dans les contextes des Suds ont mis en évidence des facteurs d’iniquité des services, dus à la structuration de l’espace urbain (Jaglin, 2012), aux mécanismes de tarification (Baron, et al., 2016 ; Kjellen, McGranaham, 2006), ou encore aux capacités techniques des opérateurs à gérer les ouvrages (Jaglin, Zérah, 2010 ; Marin, 2010). Dans cette communication, nous proposons de questionner l’équité de l’accès au regard de l’origine des eaux brutes, dimension moins traitée dans la littérature en sciences humaines et sociales. Nous avons retenu une ville indonésienne, Surakarta, caractérisée par la diversité tant des modes d’accès à l’eau que des eaux mobilisées (eaux de source, eaux souterraines, eaux de surface). Ces eaux subissent diverses pollutions et proviennent de divers territoires pour desservir les citadins. Après avoir recensé et cartographié les origines des eaux (selon les données hydrographiques, mais aussi les représentations des acteurs), nous discuterons l’équité dans l’accès à l’eau potable par rapport à plusieurs critères, en lien avec l’origine des eaux : la satisfaction des usagers, la confiance dans l’eau consommée, la qualité de l’eau, la continuité du service, ou encore les perceptions organoleptiques. Ce travail montre que l’origine des eaux contribue à renforcer certaines iniquités dans l’accès à une eau potable dans un territoire urbain.

 

Héloïse Valette est actuellement en contrat postdoctoral à AgroParistech. Elle analyse les cadres institutionnels de services d’assainissement urbains dans les pays émergents et en développement. Elle a fait sa thèse en économie institutionnelle et en aménagement du territoire sur l’articulation entre des enjeux de protection des ressources et d’accès à des services d’eau potable pour le plus grand nombre en Indonésie.

 

Bibliographie citée

  • Baron, C., Bonnassieux, A., Bontianti, A. (2016). Eau des villes, assainissement et précarités–des réalités contrastées à Ouagadougou (Burkina Faso) et Niamey (Niger). Notes techniques n°19, AFD, 275 pages.
  • BPS (Badan Pusat Statistik - Bureau national de la Statistique). (2017). Statistical yearbook of Indonesia 2017. Rapport, Jakarta, 708 pages.
  • Jaglin, S. (2012). Services en réseaux et villes africaines : l'universalité par d'autres voies ?. L'Espace géographique, 41, 51-67.
  • Jaglin, S., Zerah, M. H. (2010). Eau des villes: repenser des services en mutation. Introduction. Revue Tiers Monde, 3, 7-22.
  • JMP (Joint Monitoring Programme). (2017). Progress on drinking water, sanitation and hygiene: 2017 update and SDG baselines. Report, World Health Organization, UNICEF, 110 pages.
  • Kjellén M., McGranahan G. (2006). Informal Water Vendors and the Urban Poor, IIED, Human Settlements Discussion Paper Series on water, 3, 26 pages.
  • Marin, P. (2009). Partenariats public-privé pour les services d’eau urbains, Bilan des expériences dans les pays en développement. Rapport pour la Banque mondiale, Washington, 200 pages.
  • Nastiti, A., Meijerink, S. V., Oelmann, M., Smits, A. J. M., Muntalif, B. S., Sudradjat, A., Roosmini, D. (2017). Cultivating innovation and equity in co-production of commercialized spring water in peri-urban Bandung, Indonesia. Water Alternatives, 10(1), 134-154.
There is no translation available.

Vendredi 28 février 2020, salle « Mosson » (Bâtiment Confluences) de 11h00 à midi, Clément Dutremble a présenté ses travaux sur la Mise en œuvre d’une base de données sur les analyses coûts-bénéfices inondation.

 

Résumé :

Les analyses coûts bénéfice (ACB) et les analyses multi-critère (AMC) sont des outils d’aide à la décision qui s’inscrivent dans le processus de labellisation des programmes d’actions et de prévention des inondations (PAPI). Ils permettent de juger de l’intérêt économique de projets d’aménagement au regard des enjeux protégés. L’équipe adaptation de G-eau en tant que participant au groupe de travail AMC, intervient directement sur l’élaboration de la méthodologie des ACB/AMC. Les experts d’INRAE interviennent également lors de l’instruction à travers l’expertise des ACB/AMC. Dans ce contexte, l’élaboration d’une base de données a été initiée en 2016. Aujourd’hui mature, la base de donnée permet des analyses sur l’ensemble des études réalisées depuis 2012.

Pour ce vendredi découverte, on vous a expliqué en quoi consistent une ACB/AMC inondation, la base de données initiée en 2016 et quels sont ses intérêts. Nous avons détaillé les rôles d’INRAE dans ce processus et avons fourni quelques exemples d’analyses synthétiques.

 

Clément Dutremble est ingénieur d’étude en géomatique/risque inondation et a été recruté au mois d’Août pour participer à l'élaboration d'une base de données sur les ACB inondations en lien avec les travaux menés par l'équipe Adaptation de l'UMR G-eau.

 

There is no translation available.

MAD4WATER : DevelopMent AnD application of integrated technological and management solutions FOR wasteWATER treatment and efficient reuse in agriculture tailored to the needs of Mediterranean African Countries

MADFORWATER est un projet de recherche et d’innovation financé par le programme de l’Union européenne Horizon 2020 et coordonné par l’Université de Bologne. Son titre est « le développement et l’application de solutions technologiques et de gestion cohérentes pour le traitement des eaux usées et leur réutilisation efficace pour une agriculture adaptée aux besoins des pays méditerranéens africains »

Page 1 of 30

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer