There is no translation available.

Le 29 octobre 2021 à 14h00, Laïna Pérotin soutiendra ses travaux de doctorat intitulés "Caractérisation de la recharge et des transferts au sein des aquifères karstiques par l’utilisation des gaz dissous".

Lieu : salle de conférence de la maison des sciences de l’eau (MSE - HSM) – Visio prévue (lien à venir)

Le jury sera composé de :

  • Luc Aquilina (Professeur - Université de Rennes - Rapporteur)
  • Bartolomé Andréo Navarro (Professeur – Université de Malaga – Rapporteur)
  • Frédéric Huneau (Professeur – Université de Corté – Examinateur)
  • Jean-Luc Michelot (Professeur – Université de Paris Saclay – Examinateur)
  • Sarah Tweed (G-eau) et Christelle Batiot (directrices de thèse)
  • Véronique de Montety et Bernard Ladouche (BRGM) (encadrants de thèse)
  • Vincent Bailly-Comte (invité – BRGM).

 

Résumé :

L’objectif de ces travaux de thèse est de s’appuyer sur les gaz dissous pour développer de nouveaux traceurs, informant sur les conditions de recharge et de circulation des eaux souterraines dans les aquifères karstiques. Néanmoins, les caractéristiques structurales des aquifères karstiques telles que la possible présence d’un aquifère épikarstique, d’une épaisse zone non saturée, de cavités remplies d’air en profondeur et de mises en charge rapides et importantes posent des verrous scientifiques quant à l’utilisation de traceurs gazeux en contexte karstique. Ces verrous soulèvent des questions fondamentales relatives aux processus d'équilibre air-eau lors du transfert d’eau le long de la zone non saturée et de formation d’excès d’air (EA). Pour répondre à ces questions, deux sites d’étude ont été utilisés : le bassin d’alimentation du Durzon (Causse du Larzac) développé dans une lithologie à dominante dolomitique et le bassin d’alimentation du Lez (Nord de Montpellier) développé dans une lithologie à dominante calcaire et soumis à une pression anthropique (pompage pour l’alimentation en eau potable). Ces sites pilotes font partie d’observatoires nationaux (SNO H+ et SNO Karst respectivement) intégrant l’organisation d’OZCAR (Observatoires de la Zone Critique – Applications et Recherche). Ce travail de thèse s’est appuyé sur des mesures faites à différentes échelles de temps et d’espace : i) des mesures ponctuelles au cours du cycle hydrologique VS des mesures continues au cours d’une crue ; ii) des mesures à la source intégrant l’information de l’ensemble du bassin d’alimentation VS des mesures plus locales dans un forage ou dans des cavités karstiques intégrant l’information à l’échelle du drain ou de la matrice. Les signatures de gaz dissous suggèrent que l’air des conduits de la zone vadose du Durzon possède une composition similaire à l’air atmosphérique et ceci jusqu’à 120 m de profondeur. De plus, la mise en solution des gaz semble se faire dans un horizon proche de la surface (soit l’épikarst capacitif).  Le suivi du signal d’EA et sa modélisation à la source du Durzon permet de suggérer que le processus de piégeage de bulles d’air est principalement à mettre en lien avec des variations de pressions qui se produisent au sein de la zone noyée du karst. D’autre part, le suivi continu réalisé à la source du Lez en partenariat avec Géosciences Rennes et la plate-forme d’analyse CondatEau à l’aide du CF-MIMS (Continuous Flow Membrane Inlet Mass Spectrometer) a permis d’amorcer une approche de datation d’un flux profond à partir de données d’4He calibrées par des données de CFC. Le suivi du signal d’EA à la source du Lez suggère quant à lui que la gestion active du karst du Lez peut avoir un impact sur l’évolution complexe de ce signal.

There is no translation available.

L'UMR G-EAU, le centre UNESCO de l'Eau ICIREWARD (France) et INTA (Argentine), organisent un cycle de 3 de séminaires intitulé "Dialogue international de connaissances locales sur la gouvernance de l'eau : stratégies de gestion dans les bassins soumis à des tensions croissantes en raison des changements globaux".
There is no translation available.

Le 29 octobre 2021 à 10h00, Mathilde Fautras et Abdellah Hmouri nous présenteront leurs travaux autour du thème "Recomposition des dynamiques rurales au Maghreb : accaparement des ressources et logiques paysannes".
Le Séminaire se tiendra à distance via le lien suivant : https://inrae-fr.zoom.us/j/8763326513#success
 
Pour en savoir plus, téléchargez le document ci-contre : 
 
Résumé :
A partir de l’étudede la construction de l’accaparementdes ressources au Maroc et en Tunisie, l’objectif de ce séminaire est de donner à voir la diversité des logiques paysannes explicatives des modalités d’organisation, de spéculation ou encore de négociation autour de l’eau et de la terre. Ces regards croisés proposent de renouveler la lecture des dynamiques rurales au Maghreb, en mettant l’accentsur les processus de recomposition de collectifs parfois anciens, de leur restructuration et/ou de leur délitement.

Venez nombreux !
There is no translation available.

Le 1er octbre 2021, Bruno Cheviron a présenté ses travaux d'HDR intiulés : "Modélisation physique des transferts dans l'environnement : l'eau comme vecteur de la chaleur, des solutés et des sédiments"

 

Résumé

Les versants sont traversés par des flux multiples entre leurs différents objets (parcelles, sol, nappes, rivières, ravines, végétation) avec l'eau comme vecteur principal des transferts, qui concernent également la chaleur, les solutés et les sédiments. Ces transferts se produisent sur une très large gamme d'échelles d'espace et de temps, ils sont le fruit de processus physiques très différents, dont la modélisation fine fait appel à plusieurs disciplines (physique du sol, hydrologie, érosion, agronomie) quand une compréhension plus globale nécessite des ponts entre disciplines, dans la recherche d'une vision intégrée. Mes travaux se sont d'abord situés à l'échelle de la pièce élémentaire du puzzle, celle des formalismes et méthodes numériques complexes, avant de voyager à travers les échelles et disciplines mobilisées dans l'équipe OPTIMISTE, l'UMR G-EAU, le périmètre Eau-Agriculture et le Département AQUA, avec toujours un appétit pour les approches transverses et méthodologiques, ce qui me porte naturellement vers des tâches d'animation scientifique.

Une partie de mon projet est de connecter le passé à l'avenir en alimentant nos recherches actuelles sur l'irrigation avec des compétences particulières (géophysique, solutés, maths de la gestion du temps réel) mais aussi en supervisant la mise en œuvre d'un développement collaboratif et ouvert de nos outils, en particulier pour un upscaling forcément plurisdisciplinaire : modélisation spatialement distribuée à l'échelle du territoire, par exemple en initiant la création d'un "simulateur de périmètre irrigué".

L'autre partie de mon projet est de revenir vers du "modèle physique" (équations des écoulements à surface libre, érosion et transport dans les écoulements minces, échanges thermiques des îlots de fraicheur en milieu urbain) sans perdre le lien avec le contexte agricole, mais en explorant de nouvelles directions.

 

Pour en savoir plus, téléchargez la présentation ci-contre...

bassin senegal 1© Goudiaby O. - Fig. 1 : Location of the Senegal river basin

 

 

Understanding rainfall and its spatio-temporal variability is a major issue for hydrological studies, the development of socioeconomic activities and the management of water resources.

From a hydrological point of view, rain constitutes a key variable for the simulation of flows. However, in West Africa and particularly in the Senegal River basin, the rainfall data observed are often incomplete and difficult to access, thus limiting any robust hydrological analysis.

 

In this context, the alternative would be to use the rainfall estimated by satellites currently available for the simulation of flows. The objective of this thesis is therefore to evaluate the performance of twenty-three satellite rainfall products for hydrological modeling in the Senegal River basin. The methodology adopted comprises four phases:

  • (i) evaluation of the performance of twenty-three satellite products in relation to the rainfall observed;
  • (ii) calibration-validation of the GR4J hydrological model with the input data (observed rain and ETP);
  • (iii) simulation of flow rates with observed rainfall data and satellite rainfall;
  • (iv) comparison of the characteristic flows observed with those calculated with in situ and satellite rainfall data.

 

Key words : Satellite rainfall, Hydrological modeling, Calibration / Validation, Senegal river basin

There is no translation available.

cat muse2021
 
Le 8 octobre 2021 à 11hL’équipe CAT/MUSE a présenté ses travaux autour du thème suivant : « Remodelage socio-écologique des villes - Quel est le rôle de l'eau ? (Socio-ecological reshaping of cities – What is the role of water?) »

"Le Montpellier Advanced Knowledge Institute on Transistions (MAK'IT) accueille pour une semaine un groupe de jeunes chercheurs étrangers autour du projet "Le remodelage socio-écologique des villes et des aires métropolitaines européennes". Cet accueil s'inscrit dans le cadre de l'appel à candidatures "Constructive Advanced Thinking" (CAT) que MAK'IT lance annuellement en collaboration avec une dizaine d'autres Instituts d'Etudes Avancées (IEA) européens. Celui-ci permet à de petites équipes internationales de jeunes chercheurs, portant des projets de recherche innovants visant à comprendre et relever les défis sociétaux actuels, de se réunir plusieurs fois par an pour de courts séjours au sein des différents IEA partenaires de l’initiative, sur une durée maximale de 3 ans, et de bénéficier de leur environnement de recherche et réseaux."

 

Résumé :

L’utilisation actuelle des sols et des infrastructures dans les villes reflète souvent les priorités de développement du passé. Plusieurs problèmes environnementaux liés à la qualité de l’air, de l’eau et de la biodiversité dans les zones urbaines ont mis en évidence la nécessité de mettre en place des processus écologiques fonctionnels axés sur le bien-être des populations qui y vivent. En outre, le changement climatique, la croissance socio-économique continue des grands centres urbains, les changements de mode de vie et les besoins de mobilité qui en découlent imposent de nouvelles exigences en matière d’utilisation et de fonctionnalité de l’espace et des infrastructures urbains. Le verdissement urbain devient également une caractéristique essentielle, avec une redéfinition et une amplification de sa fonctionnalité dans les zones urbaines. Grâce à un certain nombre d’initiatives, de stratégies et d’objectifs (par exemple, les stratégies de l’UE en faveur de la biodiversité ou des infrastructures vertes, l’agenda urbain de l’UE, l’initiative pour des solutions fondées sur la nature), la Commission européenne encourage la mise en place d’un réseau cohérent d’infrastructures bleu-vert dans les zones urbaines des pays de l’UE. Les attentes sont très élevées. Le travail conceptuel de base et les projets pilotes ont fourni des indications pratiques, mais des défis extraordinaires de conception et de mise en œuvre subsistent. Notre proposition vise à repenser la socio-écologie des villes au-delà des frontières actuelles de la connaissance (technique, politique et transformative) et à relever les défis sociétaux liés avec des idées intégrées hautement innovantes autour de trois grandes priorités de recherche : (i) les stratégies de transposition à plus grande échelle, (ii) la multifonctionnalité et (iii) le partage des coûts et des avantages et la négociation des compromis entre les différents acteurs.

 

Pour en savoir plus : https://muse.edu.umontpellier.fr/international/makit/groupe-pilote/

There is no translation available.

Contexte
 
L'équipe OPTIMISTE (Optimisation du Pilotage et des Technologies de l’Irrigation:  Minimisation des IntrantS, Transferts dans l’Environnement) du laboratoire de recherche G-EAU (https://www.g-eau.fr) développe le logiciel Optirrig voué à la génération, l'analyse et l'optimisation de scénarios d'irrigation.
 
Ce logiciel propose une représentation simplifiée des principaux processus hydrologiques et agronomiques intervenant dans le développement des cultures et met l'accent sur l'identification des stratégies d'irrigation pertinentes dans un contexte donné. Typiquement, la problématique est de gérer au mieux les contraintes sur la ressource (disponibilité, quota, restrictions, interdictions, pertes à l'usage) de manière à satisfaire un objectif de rendement agricole et financier avec une faible empreinte environnementale.
 
Si vous êtes familier du langage R, intéressé pour travailler dans le milieu de la recherche scientifique publique et que vous êtes sensible aux problématiques environnementales, nous vous proposons de rejoindre notre équipe pour participer au développement du logiciel Optirrig.
L'objectif est l'implémentation d'une version "légumes racines" du modèle, en s'appuyant sur des travux antérieurs (en Fortran 77), en interaction avec les autres développements en cours.
 
Cette embauche s'effectue dans le cadre du projet STRAT'EAU, en collaboration avec l'Institut Technique de la Betterave, avec des perspectives de publication sur la thématique de l'efficience de l'irrigation et de la gestion optimale de la ressource en eau.
 

Profil recherché

  • Formation agronomie et hydrologie, voire maths-info.
  • Intérêt pour la modélisation environnementale et le thème "Eau & Agriculture"
  • Très bonne connaissance et pratique du langage R
  • Curiosité scientifique, autonomie, capacité à travailler en équipe
  • Diplôme minimum requis : Master

Offre

  • Contrat de type CDD en service public, d'une durée de 9 mois
  • Rémunération ~28/32 k€ selon diplôme et expérience (droit public)
  • Localisation : UMR G-Eau, 361 rue Jean-François Breton, 34000 Montpellier
  • Début de contrat : Début novembre ou décembre 2021

Contact : Bruno Cheviron - This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

Page 1 of 36

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer